Accueil images Amarcord

Amarcord

2
0
107

Amarcord dans images P7200026-1024x650

                      

           

 

Abandonnée le long de la rue désertée

Gelsomina pleurait

 

T’en souviens-tu?

 

Lentement passaient un cheval et le vent gris

De la vie et de nos songes doux-amer

 

Ce soir nous voit assis comme elle sur la pierre  

 

Regarde

 

Les étoiles dansent autour du baptistère

Comme insectes captifs dans le halo des lampes

                        Mais tu sais que je vois aussi des châteaux  le long du torrent

                        Là où s’élèvent diurnes de simples immeubles              

 

Face à l’escalier du Teatro Reggio s’incarne le visage vide et lumineux

D’un passage voûté

 

Le vent joue avec un sachet de plastique

Petit fantôme volant selon sa fantaisie

 

Personne ne passe à cette heure

Sous le sombre rougeâtre des lampions

Tout baigne dans le crépuscule sépia de vieilles photos

 

Ecoute

 

Place de la Paix le chantier taciturne résonne comme

Un plateau de Cinecittà après le dernier clap

 

Les vélos passent lentement

Vrombit une vespa sans but

Nonchalants les Vitelloni errent sans plus de consistance que

Des images de cinéma

 

Voici pourtant ce qui manque au décor

La ritournelle de Gelsomina

                        Le son nasillard  de la trompette

                        Appeau des

Souvenirs 

Pourtant toujours là

                        plus vivants sous la pierre que tous les plaisirs

                        plus déchirants que la douleur

 

Coeur de la ville

Endormie

 

Ils attendent que nos

Voix dissipent la magie

 

Te souviens-tu?   

 

 

 

 

*

Charger d'autres articles liés
  • Un autre regard sur Parme

    en réponse humoristique – clin d’oeil et détournement – au très beau liv…
  • Rêve pratique

    Je rêve… d’une bibliothèque, une vraie, spacieuse, avec des étagères bien rang…
  • « Memoria viva delle pieghe » in libreria a Parma

      Non avete ancora letto Memoria viva delle pieghe? Lo potete trovare (10 euros) dall…
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans images

2 Commentaires

  1. michel

    10 mars, 2012 à 21:57

    Treau , comme tout ce que tu fais ! Mais est ce ta plume ou une traduction ?

  2. minotaura

    10 mars, 2012 à 22:17

    merci beaucoup – non, ce ne sont pas des traductions (ou plutôt, ce sont mes textes qui voyagent d’une langue à l’autre – j’aime les passages!) – j’espère que tu prendras l’habitude de venir me voir ici aussi!

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pelures de pleurs

. . . Lames de rasoir à l’angle de mes yeux il pleut et l’écorce-pelure de cha…