Accueil poésie Traduction en cours (3) Les Morts, d’Eugenio Montale

Traduction en cours (3) Les Morts, d’Eugenio Montale

0
0
19

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus que l’algue entraînée

 par les remous qui se découvrent à nous, notre

vie semble s’arrêter : tourbillonne

ce qui, en nous, résigné à ses limites,

un jour cessa : entre les fils unissant

les branches l’une à l’autre se débat le coeur

comme le grondin qui

se ligote dans les mailles du filet ;

et immobiles et vacants nous sommes figés

par une glaciale fixité.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« Nous sommes à peine écrits » – note de lecture dans la revue Europe

ma note de lecture sur le très beau recueil de Matthieu Gosztola Nous sommes à peine écrit…