Accueil poésie Traduction en cours (3) Les Morts, d’Eugenio Montale

Traduction en cours (3) Les Morts, d’Eugenio Montale

0
0
27

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus que l’algue entraînée

 par les remous qui se découvrent à nous, notre

vie semble s’arrêter : tourbillonne

ce qui, en nous, résigné à ses limites,

un jour cessa : entre les fils unissant

les branches l’une à l’autre se débat le coeur

comme le grondin qui

se ligote dans les mailles du filet ;

et immobiles et vacants nous sommes figés

par une glaciale fixité.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
  • peut-être

    Etait-ce un jour de jasmin dans le petit matin où pleure une pluie fade couleur de lièvre …
  • « Vestiges » un livre pauvre avec une oeuvre de Maria Desmée

    Merci à l’artiste Maria Desmée, qui m’a permis cette belle collaboration :  …
  • AEONDE

    Fatale semeuse dans l’orbe des planètes son sillage en l’éther est veine de bi…
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ecrire

  De l’absence sans lieu d’au-delà des déserts de par-delà les mers où le temp…