Accueil images Dériver

Dériver

1
0
100

 Desktop4-001

Lente dérive dans les courants

comme morte épave douce

engloutie aspirée

tourbillonnant éparpillée

mais sans

douleur

 

Et la lumière

O – la lumière

 

Tornades d’algues brunes

courants profonds où se délite

avec lenteur le corps

sans poids sans

direction

 

L’eau douce encore

et la lumière

 

Epave-éponge

 

Et le son d’orgue des tempêtes

Charger d'autres articles liés
  • Un autre regard sur Parme

    en réponse humoristique – clin d’oeil et détournement – au très beau liv…
  • Rêve pratique

    Je rêve… d’une bibliothèque, une vraie, spacieuse, avec des étagères bien rang…
  • « Memoria viva delle pieghe » in libreria a Parma

      Non avete ancora letto Memoria viva delle pieghe? Lo potete trovare (10 euros) dall…
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans images

Un commentaire

  1. 010446g

    24 juin, 2015 à 22:20

    Evocateur!

    Dernière publication sur le radeau du radotage : Grenoble

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lettre d’E.(urydice)

C’est le soir l’ombre est un buvard pour tes mots mes beaux absents   Les mots…