Accueil images Les Prunes

Les Prunes

0
0
88

OLYMPUS DIGITAL CAMERA 

Oblongues poches d’or et de miel,

les lunghettes

chaudes    lisses     un peu molles

la douceur d’une joue sous la caresse de la main

 

Elles fondent

leur parfum de garrigue et de sucre

éclate dans la bouche

mais le plus grand plaisir est la cueillette -

les saisir par grappes, trois, quatre, cinq,

braver les épines pour les voler à l’arbre,

en secouer les branches -

tonnerre sur le toit de tôle -

glaner au sol celles qui tombent

 

Celles-ci déjà tavelées

des éphélides sur leur peau -

ces prunes et moi sommes jumelles –

celles-là d’un blond souverain

bientôt transformées    congelées

confites dès le midi

 

Celles qui demeurent dans la coupe d’osier

deviendront rousses aussi

un fin réseau de rouille couvrira la fine peau

qui explosera sous la pression du sucre –

une goutte d’ambre sourd déjà de l’attache

du pédoncule

 

Le suc tiède et odorant emplit la bassine

de sa lave

et le parfum t’enveloppe

comme un châle d’or

 

guèpes et abeilles le guettent

aussi

*

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans images

Laisser un commentaire

Consulter aussi

haïku de confinement (2)

ferme tes paupières les martinets déjà font frire le soleil absent …