Accueil mes lectures Nathalie Savey, Philippe Jaccottet

Nathalie Savey, Philippe Jaccottet

0
0
98

Ma dernière note, sur La Cause Littéraire, à propos du beau livre de photos de Nathalie Savey, accompagné de textes de Philippe Jaccottet :

41jslsexjpl_68414cb29b1e629dc8feb5eeb03bbb25On entre dans le monde de Nathalie Savey comme sur la pointe des pieds, avec des yeux d’enfant ; chaque double page de ce livre au format presque carré, présente, dans le cadre d’une immense marge blanche au papier glacé, un court texte tiré de l’œuvre de Philippe Jaccottet, en regard d’une remarquable reproduction de photo en noir et blanc, dont on imagine le somptueux tirage original.

L’importance laissée à cet espace vierge – instituant une sorte d’écart, de mise à distance, de no man’sland blanc, que le regard (et la pensée) doivent franchir – me fait penser inéluctablement à Roland Barthes et sa Chambre Claire (Seuil, 1980). Dans ce livre, consacré à l’étrangeté de l’image fixée par le grain d’argent sur le papier, le philosophe explore et théorise son expérience extatique de la photo, délivrée du verbiage ordinaire (technique, politique…) qui l’accompagne. Le propos de Nathalie Savey, qui en appelle, elle, à Jaccottet (poète qui accompagne depuis toujours sa démarche :

« J’ai porté en moi les écrits de Philippe Jaccottet (…) en me disant : voici ce que je voudrais faire en photographie »), semble poursuivre à sa façon la réflexion de La Chambre Claire, dans un monde déréalisé par l’omniprésence tyrannique d’une image mondée, violente ou assagie, couverte des oripeaux de la « couleur réelle », mais présentant du monde une version aussi évidente que fausse…

Mais, entrons pas à pas – et laissons-nous surprendre.

La première image, dans de douces tonalités de gris, est un paysage neutre, s’étendant à perte de vue (perte soulignée par le tracé d’un chemin coupé par le manque d’horizon, et devenu semblable à la veine d’un marbre), prairie ponctuée de quelques arbres solitaires, si lointains qu’on n’en prend pas l’échelle : un fragment de paysage, sans lieu, vide de présence. Etrangement, le texte que Nathalie Savey a choisi comme pendant à cette première image parle de la couleur verte qui irrigue la photo de sa présence/absence – parce que nous « savons » qu’une prairie est verte, et que ce savoir impose à la photo un sens – qui nous échappe…

Le chapitre qu’inaugure ce paysage s’intitule Sols /1995, et regroupe quatre photos, reprises dans une page finale où elles voisinent avec d’autres, dans une sorte de « planche-contact ». Le même dispositif s’applique aux huit chapitres du livre. Sols – comme pour guider le regard du lecteur, lui intimer de poser le sien au ras d’une image, mise à plat dans cette série de vues aériennes qui sont autant de textures où prédominent marbrure, veinure, effets de velours gris ou de blancheur de neige… totalement dépourvues de sens, de projet, d’explication – réduites à l’énigme de leur présence sous l’oeil du sujet regardant.

Suivent Les Envolées /1998, et Champ de feu /1996 (une seule photo, et l’unique trace, dans tout ce livre, d’une étrange silhouette en forme de fantôme, dans une photo sans profondeur : l’observation attentive montrera qu’il s’agit d’une tache sur un sol caillouteux), puis 5 séries dont les titres – Les Horizons /2006Les Montagnes rêvées /2008-2010Les Eclaircies /2011Cheonjiyeon /2012Je suis peut-être enfoui au sein des montagnes /2012 (sur une citation de R.M. Rilke) – évoquent un monde minéral immobile et climatérique : nuages, brumes, noirceur d’un ciel où des lumières tracent d’asémiques calligraphies (témoignant du temps de pose très long choisi par Nathalie Savey), dessinent une poésie visuelle élémentaire, qui répond à cette phrase citée de Philippe Jaccottet : « Tout le paysage est comme du feu attisé par le vent presque frais, un feu qui serait de la lumière, de l’éclat – et, d’une autre façon, de l’eau. Les quatre éléments conjugués, pour ne pas dire confondus dans notre appréhension confuse et profonde » (…)

la suite ici : http://www.lacauselitteraire.fr/nathalie-savey-philippe-jaccottet-michel-collot-heloise-conesa-yves-millet

 

 

Charger d'autres articles liés
  • Un autre regard sur Parme

    en réponse humoristique – clin d’oeil et détournement – au très beau liv…
  • Rêve pratique

    Je rêve… d’une bibliothèque, une vraie, spacieuse, avec des étagères bien rang…
  • « Memoria viva delle pieghe » in libreria a Parma

      Non avete ancora letto Memoria viva delle pieghe? Lo potete trovare (10 euros) dall…
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans mes lectures

Laisser un commentaire

Consulter aussi

« La Palme de cet arbre… » in Immagine&Poesia – ebook 2015

      Un grand merci à la rédaction et à Huguette Bertrand pour la très bel…