Accueil mes lectures Note de lecture sur « La Pierre Amour », de Xavier Bordes…

Note de lecture sur « La Pierre Amour », de Xavier Bordes…

0
0
127

 

dans le dernier numéro de Recours au Poème :

A46625_Bordes.indd

Il en est des livres comme des pays : si l’on peut, seul, découvrir des merveilles au cours d’un voyage, le soutien éclairé d’un guide permet la connaissance des ressorts et des lieux secrets… Ainsi en va-t-il de La Pierre Amour, voyage philosophal en pays de poésie : l’accompagnement de Gwen Garnier-Duguy peut sembler indispensable pour ne rien perdre de cette lecture. Le recueil La Pierre Amour, couvrant les années 1972-1985, est en effet une oeuvre complexe, tissant un dense réseau de mythes et de symboles, que l’introduction – programmatique elle-même – permet de débrouiller, situant le projet dans sa fonction proprement poétique, en réponse au chaos du monde dans lequel elle s’inscrit :

« (…)la responsabilité du poète écrivant dans sa langue maternelle est de répondre par une oeuvre prenant en compte cette complexité (du monde) en proposant, pour la supporter, pour la sublimer, une profondeur conciliant les forces en présence, forces contradictoires, voire même adversaires. »

La pierre du titre est fondatrice – elle apparaît dès l’exergue, à travers deux citations d’O. Milosz et d’Yves Bonnefoy, liée à l’amour et à la mort (présente dès la fin du premier poème ouvrant le recueil). Elle figure aussi dans la citation de Paul Celan qui indique l’aspect originel et cyclique du projet : « Ich hörte sagen, es sei / im Wasser ein Stein und ein Kreis… » Stèle mémorielle, caillou semé le long des pages, pierre philosophale, pierre angulaire – elle rebondit d’une partie à l’autre du recueil, reparaissant une dernière fois dans « Thrène d’automne », « l’envoi » qui clôt ce livre, avec des accents apollinariens, qui en soulignent la dimension mélancolique :

« Souriant aux merveilles
Dans ses branchages clairs

S’éveillent
Mes noyés à l’envers
Sur la pierre d’enfance
Ils dansent
En riant aux merveilles (…) »

- See more at:

http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/xavier-bordes-la-pierre-amour/marilyne-bertoncini#sthash.AbzRzpdG.dpuf

 

 

  • Un autre regard sur Parme

    en réponse humoristique – clin d’oeil et détournement – au très beau liv…
  • Rêve pratique

    Je rêve… d’une bibliothèque, une vraie, spacieuse, avec des étagères bien rang…
  • « Memoria viva delle pieghe » in libreria a Parma

      Non avete ancora letto Memoria viva delle pieghe? Lo potete trovare (10 euros) dall…
Charger d'autres articles liés
  • Un autre regard sur Parme

    en réponse humoristique – clin d’oeil et détournement – au très beau liv…
  • Rêve pratique

    Je rêve… d’une bibliothèque, une vraie, spacieuse, avec des étagères bien rang…
  • « Memoria viva delle pieghe » in libreria a Parma

      Non avete ancora letto Memoria viva delle pieghe? Lo potete trovare (10 euros) dall…
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans mes lectures

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un extrait de « Sable » sur Terres de Femmes,

l’excellente revue d’Angèle Paoli, que je remercie de cette sélection d’…