Accueil Non classé Pourquoi écrire ?

Pourquoi écrire ?

0
0
140

DSCN9976 

Pourquoi est-ce qu’on écrit?
Pourquoi est-ce que moi, j’écris?
Et pourquoi est-ce que j’écris de la poésie?

De la poésie – dans un monde dépoétisé,
irréel à force d’être
monétisé, rentabilisé, évalué…

comment peut-on écrire de la poésie, traiter avec l’immatériel des mots,
quand on vous dit que ça ne se vend pas, que personne ne la lit.

Quand vos collègues vous disent
« je regrette, je n’ai pas de temps pour la poésie dans mon programme de Français. »

Quand vos amis vous disent
« c’est sûrement beau, mais je ne comprends rien à la poésie ».

Quand les éditeurs disparaissent ou vous renvoient votre manuscrit sans commentaire, ou pire encore -
Quand vous vous demandez si vous avez quelques lecteurs avec qui partager vos textes…

 Oui, partager – c’est sans doute l’une des espérances qui font qu’on écrit – même si comme moi, on tend à repolir les textes si longtemps qu’ils parviennent rarement dans la boîte aux lettres d’un éditeur, qui risque de vous renvoyer… etc. (voir ci-dessus)

Partager – comme le pain de la vie - partes agereagir et donner – les deux marqueurs essentiels de notre humanité.

Partager les miettes d’émerveillement que me procure le réel -
car le réel est une source permanente d’émerveillement – même dans sa douleur, sa violence, son obtuse différence.

 Partager AVEC le réel – en faire partie.

Oui, partager : agir en poète.

Car il me semble qu’être poète aille bien au-delà du fait qu’on écrive et publie de la poésie. Certains poètes publient – certains écrivent et pensent être poètes – mais je connais nombre de poètes qui vous seront à jamais inconnus – parce qu’ils n’écrivent pas. Parfois même parce qu’ils ne parlent pas.

Oui, il est des poètes muets, dont la seule présence au monde vous fait partager le réel d’une façon vibrante.

Vibrer – voilà :

j’écris de la poésie pour vibrer
en accord avec le réel qui m’entoure
et m’enchante.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Aube…

  Les membranes du rêve s’effilochent Des goélands phosphorescents survolent le…