Accueil publication Une lecture personnelle de Phidias, par Jean-Luc Proulx

Une lecture personnelle de Phidias, par Jean-Luc Proulx

0
0
13

.

UN BROUILLON SUR PAPIER BLANC

 

« Lire fait écrire, mais quoi ? Une avenance, une innommabilité.
Un pas devant, un pas de côté, et j’avance
Fantôme radieux
Le poème seul sait faire tourner la tête du lecteur. Le poème déjà – le même – est
ailleurs à accomplir un autre travail. Et je lis en lui. Vers contre vers, c’est cela. À ne
pouvoir conclure, on poursuit. Et ce matin, le camion démarre en trombe. Petit
camion d’épicier. (…)

la suite à lire sur le numéro 175 de « Recours au Poème » :

http://www.recoursaupoeme.fr/essais-chroniques/ping-pong-la-derniere-oeuvre-de-phidias-de-marilyne-bertoncini/jean-luc-proulx

 

18623490_478627875802161_8299965500160585397_o

  • Adieu

      La maison s’envolait Loin Elle tirait sur les fibres de l’âme qu’…
  • L’Epais des forêts

    une très jolie plaquette réalisée par Florence Saint-Roch et « La Main qui écri…
  • Mort du Palmier

    Le palmier qui dansait devant ma fenêtre celui qui se prenait pour un hélicoptère dans le …
Charger d'autres articles liés
  • Adieu

      La maison s’envolait Loin Elle tirait sur les fibres de l’âme qu’…
  • L’Epais des forêts

    une très jolie plaquette réalisée par Florence Saint-Roch et « La Main qui écri…
  • Mort du Palmier

    Le palmier qui dansait devant ma fenêtre celui qui se prenait pour un hélicoptère dans le …
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans publication

Laisser un commentaire

Consulter aussi

la lumière

Ne fixe pas la lumière sinon le monde entier se troue de minuscules éclats d’ombre d…