le blog de MARILYNE BERTONCINI

Note de lecture sur Phidias dans la revue NUNC

 

CouvNUNC42_0

 

Dans le numéro 42 de la revue NUNC, (pp.138-139) un bel article de Gwen Garnier-Duguy (que je remercie) à propos de LA DERNIERE OEUVRE DE PHIDIAS :

on peut se procurer ce numéro et découvrir le riche sommaire en suivant ce lien :

 http://corlevour.com/fr/revue/nunc-n%C2%B042

 

 

L’Histoire n’aura retenu peut-être que l’essentiel du sculpteur Phidias, né à Athènes vers 490 avant Jésus-Christ, et mort à Olympie soixante ans plus tard, en – 430. Choisi par Périclès pour exécuter des statues du Parthénon, il restera dans les mémoires pour avoir sculpté entre autre une statue de Zeus chriséléphantin (or et ivoire) aujourd’hui disparue, considéré comme l’une des Sept merveilles du monde. Jouet d’une conspiration visant Périclès, il achèvera sa vie en exil, à Olympie.

Marilyne Bertoncini, fascinée par le génie de Phidias, et l’esprit travaillé par son exil final, s’est mise à rêver de ses dernières années et de ce qui put bien hanter l’imaginaire d’un homme épris d’un tel absolu qu’il voulait rendre visible à ses semblables le visage des dieux.

Qu’un poète actuel puisse aujourd’hui être traversé par la figure d’un sculpteur grec classique dont il ne reste que la légende, nous dit quelque chose. Par son imagination, Bertoncini a marché avec Phidias sur ses dernières plages, elle en a arpenté les marées, les yeux essorés par la miraculeuse lumière des côtes méditerranéennes. Elle a contemplé les êtres et les choses de la mer, les laminaires, les sèches, la nature environnante, cherchant quelle pouvait être la dernière œuvre à laquelle le sculpteur proscrit vouait ses dernières pensées.

De cette inspiration, aimantée par deux millénaires et demi de distance, est né ce beau poème, concis et mesuré, habité par le souffle d’une grande harmonie intérieure. Les œuvres parlent et génèrent des œuvres. Au-delà de la matière physique, et la mémoire assortie de la véritable gloire, c’est-à-dire de l’esprit de grandeur qui l’anime peut alors ici relever pleinement de la matière même, les œuvres, par delà le temps, affranchissant le temps linéaire, dialoguent. Ce que l’on disait mort pour l’esprit n’est jamais mort.

Aussi Marilyne Bertoncini, à l’écoute de sa feuille blanche ou de son écran, peu importe, écoute la voix silencieuse de Phidias appelée par ces dieux prisonniers de la matière, de la pierre ou du bronze, de l’or ou de l’ivoire, et qu’il s’agit de délivrer en leur donnant forme c’est-à-dire qualité.

En sortent des images laissant sur la grève de la page leur écume mobile : « Dans l’îlot clair découpé par la lampe/au creux de la ténèbre où ma pensée te cherche/Je trace la caresse/de ton nom (…) Les ombres s’allongent et la sourde rumeur/des vagues/ronflant comme à l’oreille émerveillée/contre ta bouche de porcelaine/marine/est résonnante tempête au creux/de ma tête ».

Il faut lire ce beau poème, encore et encore, nous n’en faisons pas le tour en une seule lecture. Il cache des trésors sous son rythme profond car sa langue, comme les statues de Phidias, comme la cigale du poème,  « cisèle le silence ».

Il faut lire La dernière œuvre de Phidias, prenant aujourd’hui la forme du poème de Marilyne Bertoncini.

Gwen Garnier-Duguy

17 juin, 2017 à 7:14


Laisser un commentaire