Adieu

0
0
162

DSCN1252 - Copie

 

La maison s’envolait

Loin

Elle tirait sur les fibres de l’âme
qu’elle arrachait
emportait avec elle des traînes de souvenirs
dont les couleurs s’effilochaient dans les nuages

La maison s’envolait dans le noir de l’azur
et scintillait comme une étoile
au coeur-silence de la mémoire 

Eclats de gestes disparus
écho des voix éteintes
murmurant encore comme bat
l’aile de l’oiseau blessé 

La maison envolée m’avait laissé au coeur
un gouffre de douleur
sans fond sans mots

sans fin

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
  • J’apprivoise les ombres / Addomestico le ombre

    j’apprivoise les ombres chaque jour un peu plus je m’enfonce en leur monde et …
  • Seuils

      Seuils   portes entrebaillées sur l’absence passages vers nulle part mél…
  • Dans l’outre-monde des paroles

        Le chemin s’éboule dans l’outre-monde des paroles Chaque pas soulève une p…
Charger d'autres écrits dans images

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lorsque la mort nous rêve

Lorsque la mort nous rêve derrière ses paupières une graine de mort germe dans chaque mot …