Adieu

0
0
181

DSCN1252 - Copie

 

La maison s’envolait

Loin

Elle tirait sur les fibres de l’âme
qu’elle arrachait
emportait avec elle des traînes de souvenirs
dont les couleurs s’effilochaient dans les nuages

La maison s’envolait dans le noir de l’azur
et scintillait comme une étoile
au coeur-silence de la mémoire 

Eclats de gestes disparus
écho des voix éteintes
murmurant encore comme bat
l’aile de l’oiseau blessé 

La maison envolée m’avait laissé au coeur
un gouffre de douleur
sans fond sans mots

sans fin

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
  • « LA NOYEE D’ONAGAWA » (extrait)

    Ouverture du Thrène pour la noyée d’Onagawa (inédit – livre inspiré par une dé…
  • La Falena

    La Falena per Luca Ariano   Tremante la calura d’agosto spezza lo spettro dei colori…
  • Le Miroir et la morte

    Que mes miroirs ne reflètent que mon ombre imparfaite dit la Mort Mais la morte à travers …
Charger d'autres écrits dans images

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Note de lecture sur Phidias dans la revue NUNC

    Dans le numéro 42 de la revue NUNC, (pp.138-139) un bel article de Gwen Garnier-D…