Accueil à quatre mains Poème pour un collage de Ghislaine Lejard

Poème pour un collage de Ghislaine Lejard

0
0
285

91915368_229315831810396_2973332810217029632_n

De combien d’azur se nourrit l’espoir ?

La vitre close retient le ciel et le cœur vole

comme un oiseau

hors de la cage

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans à quatre mains

Laisser un commentaire

Consulter aussi

LE ROI-CERF (extrait)

(…)                                     *       Je m’abreuve à ce fleuve et la…