Accueil poésie Elizabeth Bishop – The Fish – traduction pour Jeudi des Mots

Elizabeth Bishop – The Fish – traduction pour Jeudi des Mots

0
0
263
La poésie d'Elizabeth Bishop parle du corps - martyrisé, cicatrisé, et résilient. J'ai choisi de présenter ce poème lors de la séance des Jeudis des Mots consacrés au corps en poésie.

34183_1345685843817_7626962_n

 

J’ai attrapé un poisson énorme

et l’ai tenu à côté du bateau

à moitié hors de l’eau, avec mon hameçon

fermement dans le coin de sa bouche.

Il ne s’est pas débattu.

Il ne s’était pas du tout débattu.

c’était  un poids grommelant,

battu et vénérable

et sans prestige. Ici et là

sa peau brune pendait en lanières

comme un papier peint ancien,

et son motif de brun plus foncé

semblait  du papier peint :

des formes comme des roses épanouies

flétries qui s’effacent avec le temps.

Il était tacheté de balanes,

de fines rosettes calcaires,

et infesté

de minuscules poux de mer blancs,

et recouvert de deux ou trois

haillons d’algues pendantes.

Pendant que ses branchies respiraient

le terrible oxygène

- les effrayantes branchies,

fraîches et craquantes et pleines de sang

qui peuvent couper si fort-

j’ai pensé à la grossière chair blanche

empaquetée comme des plumes,

les grosses arêtes et les petites,

les rouges et noirs dramatiques

de ses entrailles luisantes,

et la vessie natatoire rose

comme une grosse pivoine.

Je l’ai regardé dans les yeux

bien plus gros que les miens

mais moins profond et jaunis,

les iris doublés et emballés

de feuilles d’aluminium terni

vu à travers les lentilles

de vieux micas rayés.

Ils ont un peu bougé, mais sans

me retourner mon regard.

- C’était plus comme le merci

d’un objet vers la lumière.

J’ai admiré son visage maussade,

le mécanisme de sa mâchoire,

et puis j’ai vu

que de sa lèvre inférieure

- si on peut appeler ça une lèvre

sombre, humide et semblable à une arme,

pendaient cinq morceaux de ligne anciens,

ou quatre et un fil conducteur

avec l’émerillon toujours attaché,

et  leurs cinq gros crochets

solidement plantés dans sa bouche.

Une ligne verte, effilochée au bout

là où il l’a cassée, deux lignes plus lourdes,

et un fin fil noir

encore ondulé de la tension et de la rupture

quand il l’a cassé et s’est enfui.

Comme des médailles avec leurs rubans

effilochés et vacillants,

cinq poils de barbe de sagesse

pendant de sa mâchoire douloureuse.

j’ai regardé longtemps

et la victoire a empli

le petit bateau de location,

depuis  la piscine dans la cale

où le pétrole avait répandu un arc-en-ciel

autour du moteur rouillé

jusqu’à l’écope orangée de rouille,

les bancs fendillés par le soleil,

les dames de nage sur leurs cordes,

les plats-bords – jusqu’à ce que tout

soit  arc-en-ciel, arc-en-ciel, arc-en-ciel !

Et je laissai filer le poisson.

I caught a tremendous fish
and held him beside the boat
half out of water, with my hook
fast in a corner of his mouth.
He didn’t fight.
He hadn’t fought at all.
He hung a grunting weight,
battered and venerable
and homely. Here and there
his brown skin hung in strips

like ancient wallpaper,
and its pattern of darker brown
was like wallpaper:
shapes like full-blown roses
stained and lost through age.
He was speckled with barnacles,
fine rosettes of lime,
and infested
with tiny white sea-lice,
and underneath two or three

rags of green weed hung down.
While his gills were breathing in
the terrible oxygen
- the frightening gills,

fresh and crisp with blood,
that can cut so badly-
I thought of the coarse white flesh
packed in like feathers,
the big bones and the little bones,
the dramatic reds and blacks
of his shiny entrails,
and the pink swim-bladder
like a big peony.
I looked into his eyes
which were far larger than mine
but shallower, and yellowed,
the irises backed and packed
with tarnished tinfoil
seen through the lenses
of old scratched isinglass.
They shifted a little, but not
to return my stare.
- It was more like the tipping
of an object toward the light.
I admired his sullen face,
the mechanism of his jaw,
and then I saw
that from his lower lip
- if you could call it a lip
grim, wet, and weaponlike,
hung five old pieces of fish-line,
or four and a wire leader
with the swivel still attached,
with all their five big hooks

grown firmly in his mouth.
A green line, frayed at the end
where he broke it, two heavier lines,
and a fine black thread
still crimped from the strain and snap
when it broke and he got away.
Like medals with their ribbons
frayed and wavering,
a five-haired beard of wisdom
trailing from his aching jaw.
I stared and stared
and victory filled up
the little rented boat,
from the pool of bilge
where oil had spread a rainbow
around the rusted engine
to the bailer rusted orange,
the sun-cracked thwarts,
the oarlocks on their strings,
the gunnels- until everything
was rainbow, rainbow, rainbow!
And I let the fish go.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les Rencontres de Parole d’Aiglun – programme complet – 21-23 août 2020

Je participe aux merveilleuses rencontres d’Aiglun organisées par Patrick Quilllier …