Accueil poésie Massimo Campigli : une oeuvre portative de Laura Nocco

Massimo Campigli : une oeuvre portative de Laura Nocco

0
0
151
J'aime beaucoup les bijoux réalisés par Laura Nocco, artiste de Reggio Emilia, notamment pour son travail sur le métal.  Celui que je porte lors des dernières lectures est une fusion à cire perdue inspirée de l'univers tendre et exclusivement féminin du peintre Massimo Campigli, inspiré de l'art étrusque notamment. Ses compositions, souvent duelles, évoquent l'amitié féminine, avec des silhouettes pleines d'une grâce hors du temps qui me touche beaucoup. Il est très agréable de pouvoir porter sur soi un univers qui vous émeut.
Collage sans titre

broche à cire perdue de Laura Nocco – peintures de Massimo Campigli

De son véritable nom Max Hilenfeld, (Berlin4 juillet 1895 - Saint-Tropez3 mai 1971) , Massimo Campigli représente pour moi  l’archétype de l’artiste européen :

né  de père inconnu,  il est amené par sa mère, berlinoise,  à Florence, où elle souhaite éviter le scandale de sa naissance. Elle  y épouse un citoyen britannique et la famille s’installe à Milan.

En 1914, Campigli travaille  au journal Corriere della Sera et  se lie avec le courant futuriste. Volontaire dans la guerre de l’Italie contre l’Empire central, il est fait prisonnier en 1916  : il s’évade, traverse les pays de l’est pour gagner Moscou en juin 1917 où il est témoin de la Révolution d’Octobre puis rentrer à Londres.

Massimo Campigli : une oeuvre portative de Laura Nocco dans poésie 390px-massimo_campigli_1967-217x300

massimo Campigli, 1967 (source wikipedia)

Ayant rejoint Milan, Campigli obtient la nationalité italienne, et devient correspondant à Paris du Corriere della Sera. À Montparnasse, il fréquente le café Le Dôme s’intéresse au cubisme et à la peinture de Chirico et participe pour la première fois au Salon d’automne en 1921.

Il épouse en 1926 la peintre roumaine Magdalena Radulescu, dite Dutza, et e1936,  la sculptrice Giuditta Scalini. Il présente régulièrement des expositions, en France, en Italie et à New York, réalisant des fresques à Milan et à Padoue. Réfugié à Venise durant la guerre puis rentré à Milan, il réalise des lithographies, illustrant les poésies de Verlaine.

 

Revenu en 1949 à Paris avec sa famille,  il commence à séjourner à Saint-Tropezoù il meurt le 31 mai 1971 d’une attaque cardiaque.

Des expositions de Campigli sont réalisées à TokyoOsaka, Paris, Rome et Milan Darmstadt et sa peinture est présente dans les principales expositions internationales. (source wikipedia)

245875817_548237466273511_2186519676973756002_n

photo Ghyslaine Elbe

On peut en savoir plus sur Laura Nocco sur http://www.lauranocco.com/, mais aussi sur instagram et sur facebook

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Une série de beaux livres d’artistes par Anne Poupard

sur certains de mes poèmes, extraits de Villes en Chantier et Sous la Peau du Réel (tous d…