Accueil poésie Les lecteurs de « La Dernière Oeuvre de Phidias » en parlent

Les lecteurs de « La Dernière Oeuvre de Phidias » en parlent

0
0
261
Je remercie Enza Palamara,  qui vient de lire ce livre, présenté au marché de la poésie de la place Saint Sulpice, ce week-end d'octobre 2021.

248527417_10221154349909966_9152769307908325202_nElle-même poète, Enza Palamara est agrégée de lettres, et  a enseigné à l’université de Tours et à l’Institut français de Naples. Elle enseigne notamment les rapports entre la poésie et la littérature. Elle est spécialiste des œuvres de Baudelaire, Bonnefoy et Guillevic et illustre de ses encres et pastels ses propres textes, inspirés par ce qu’elle nomme ses « gribouilis ».

Annie Estèves, directrice de la Maison de la Poésie de Montpellier, en parle sur Recours au poème

https://www.recoursaupoeme.fr/enza-palamara-ce-que-dit-le-nuage/

C’est donc avec beaucoup de fierté que je partage ses mots sur le livre de Phidias : 

1768_COUV_derniereoeuvredephidias.qxpChère Maryline,
j’ai lu d’une traite-d’un fiato!-La Dernière Oeuvre de Phidias.
Tu as vu comment le livre m’a appelée:il contenait un chant qui semblait rejaillir de ma mémoire! Enfant j’entendais mes frères réciter l’Iliade et l’Odyssée dans un italien que je ne connaissais pas encore bien ,et c’était l’enchantement: j’ai gardé en mémoire des vers de l’Iliade.Ton livre a fait ressurgir cette musique inoubliable, à nulle autre pareille pour moi . Je relirai le livre calmement dès que possible ; mais je tenais à te dire la force de ton chant.On n’a pas souvent l’occasion d’être ainsi happé par des mots.
Je te remercie du fond du coeur
Enza 

ps ; Maryline, je suis une Grecque de Calabre. Enfant, j’entendais les personnes âgées parler le vieux grec.Dans ma famille on récitait des textes que je ne comprenais pas toujours mais qui m’enchantaient.Très tôt j’ai été sensible à la musique du verbe.Ce qui m’ a émue c’est que tes mots sont imprégnés de cette mystérieuse musique qui dépasse le sens des mots;TU ressucsites tout un univers millénaire dont, enfant, j’accueillais les échos. C’est tout simplement merveilleux: Je me retrouve au coeur de la Poésie et de l’innocence native.

REçois toute ma gratitude!

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le Tilleul

  La lumière ondule dans le tilleul entre vert et blond le miel dans le vent la douce amer…