Accueil poésie Luca Ariano, La Mémoire des Sans-noms (traduction et lecture d’un extrait)

Luca Ariano, La Mémoire des Sans-noms (traduction et lecture d’un extrait)

0
0
145

9788883201868_0_536_0_75

 

Non sei un avatar Nena,
non hai un’anima digitale:
albeggia presto e sentite
odore di campi calpestati,
di stagioni tardive.
Quell’automobile il vostro regno,
un albergo a quattro stelle
mentre stringete i vostri corpi.
Fuori genti verso lavori precari,
di ritorno da notti troppo lunghe
mentre carezzi i suoi seni timido.
L’impaccio di un passo improvviso
baciando turgidi sogni,
amplessi mancati, celati da vetri
appannati ai primi chiarori.
Non chattare, non scrivere messaggi
ma lasciami il tuo sapore, labbra
di occhi caldi mentre il treno parte
e i caffè si riempiono di colazioni,
tintinnio di cucchiaini.

 *

Tu n’es pas un avatar Nena,
Ton âme n’est pas numérique :
Elle se lève à l’aube et vous sentez
L’odeur des champs que l’on foule,
de saison finissante.
Cette voiture est votre royaume,
un hôtel quatre étoiles
où vous vous enlacez.
Dehors la foule des emplois précaires,
Qui rentrent de trop longues nuits
pendant que timide tu caresses ses seins.
La gêne  d’une étape inattendue
quand tu embrasses des songes turgescents,
des étreintes inabouties, cachées par les vitres
embuées aux premières lueurs.
ne tchatte pas, n’écris pas de messages
mais laisse-moi ta saveur, le sourire
de regards chaleureux alors que le train part
et que les cafés se remplissent de petits déjeuners,
de tintements de petites cuillères.

cliquer sur l’image pour entendre la lecture :

Image de prévisualisation YouTube

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Luca Ariano, « Toujours la mer t’a attiré »

  Il mare sempre ti attrasse, forse per quell’illusione prima o poi di salpare. Anche tuo …