Accueil poésie Niels Hav, « Arrive-t-il que quelqu’un refuse? » et « Petite Consolation »

Niels Hav, « Arrive-t-il que quelqu’un refuse? » et « Petite Consolation »

0
0
92

niels-havLe poète et auteur de nouvelles danois Niels Hav – dont l’oeuvre est traduite dans une multitude de langues et qui a publié un recueil en anglais , WE ARE HERE par Book Thug Toronto.m’avait confié un beau texte engagé que j’ai traduit avec plaisir. Il est publié sur  remue.net parmi un ensemble de ses poèmes qui oscillent avec humour entre quotidien et fantastique – on peut le retrouver ici  https://remue.net/niels-hav-poemes ainsi que sur le site sos-racisme  du Danemark : https://sosracisme.dk
Je propose également la traduction d’un bref poème, « Une petite consolation », que je lui offre avec plaisir en ce début d’année : 

Does it happen.... Nielshav-page-001

ARRIVE-T-IL QUE QUELQU’UN REFUSE?

Arrive-t-il que des policiers refusent

de collaborer? Qu’ils refusent d’amener des gens

du Centre de traitement au milieu de la nuit?

Refusent d’attacher un garçon effrayé

forcé à monter dans un avion?

Qu’ils se souviennent d’Abolfazl, mort à Kaboul

ou du Somalien, qui disparut

après avoir été renvoyé à Mogadiscio?

Arrive-t-il que la police refuse de détruire des familles

et d’emmener de force femmes et enfants en pleurs?

Le sénateur a une carrière,

Le membre du Congrès a une carrière.

Le PDG a un salaire et une carrière.

Mais arrive-t-il qu’un subordonné refuse?

Qu’un chef de service du Service d’immigration

dise Stop, et refuse de signer les arrêtés d’expulsion?

Qu’un avocat refuse subitement de poursuivre en justice?

Arrive-t-il que des employés du Service d’immigration

pleurent dans leur sommeil ? Arrive-t-il que le procureur général

vomisse de honte ? Arrive-t-il que le sénateur

ait soudain des regrets et téléphone

à ses enfants en sanglotant ?

Arrive-t-il que quelqu’un refuse ?

© Niels Hav

*

A LITTLE ENCOURAGEMENT

 

I woke up and felt awful

about myself

all morning. Until I opened the newspaper

and read the obituaries –

then I felt better.

 

Apparently

at least I hadn’t died

recently.

 

© Niels Hav

Translated by P.K. Brask & Patrick Friesen

 

Une petite consolation

Dès le réveil, je me suis senti

horriblement mal

Jusqu’à ce que j’ouvre les journaux

et lise la page nécrologique -

alors je me suis senti mieux.

Il semble

qu’au moins je ne sois pas mort

récemment.

 

Traduits en français par Marilyne Bertoncini

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par marilyne bertoncini
Charger d'autres écrits dans poésie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un extrait traduit de « Beatriz » de Mauro De Maria (travail en cours)

recueil de poèmes – odes à la femme aimée -  écrits comme un renouvellement de la li…