le blog de MARILYNE BERTONCINI

Micromythologie – 5

les moires

Les Moires

 

Sur un banc du  jardin d’enfants

muettes ou silencieuses

elles tricotent lentement

 

et leurs yeux marécages

suivent les jeux des chérubins

insouciants du temps

 

sous la frondaison d’or

de l’arbre aux mille écus.

 

16 septembre, 2016 à 8:40 | Commentaires (0) | Permalien


L’OEIL

 DSCN1320(pour Enrico)

 

Mon oeil se mire

à l’intérieur d’un autre Oeil

qui le contient et l’éclaire

 

Mon oeil regarde le monde

de l’intérieur d’un Oeil

qui le regarde et lui donne

sa forme d’oeil

.

Dans le globe de l’Oeil

le monde se reflète en ses courbes convexes

.

Le paysage se détache en pelures d’oignon

dont les écailles touchent comme ailes de papillon

notre oeil abouché dans la triple épaisseur de la vitre du train

 

Mon oeil de l’intérieur boit le monde concave

dans l’Oeil qui appartient à dedans et dehors

 

et des fantômes flottent sur la vitre embuée.

14 septembre, 2016 à 7:21 | Commentaires (0) | Permalien


Les Yeux d’Argos

LES YEUX D ARGOS (1) LES YEUX D ARGOS (2) LES YEUX D ARGOS (3)

 .

Les pages écrites sont-elle mortes

tant qu’elles espèrent un regard

la voix d’un lecteur

une bouche

ta main

 LES YEUX D ARGOS (4)

23 mars, 2015 à 10:57 | Commentaires (0) | Permalien


INRI – poèmes et photos

Poème à feuilleter sur Calaméo en suivant le lien : http://fr.calameo.com/read/004120293eb2904deea9e

1043989_433443966752781_557705439_n

26 janvier, 2015 à 21:04 | Commentaires (0) | Permalien


reflets de fêtes

DSCN8868

Il faut un regard d’enfant pour que les reflets de la fête s’impriment dans le souvenir

24 décembre, 2014 à 11:10 | Commentaires (0) | Permalien


la lumière

2014-10-22 11-52-09_0198

Ne fixe pas la lumière

sinon le monde entier se troue

de minuscules éclats d’ombre du soleil :

 

Qui

le rapiècera?

*

3 décembre, 2014 à 19:50 | Commentaires (0) | Permalien


Haïku de l’Oeil

 

eau forte, aquatinte au sel de Dominique Crognier

eau forte, aquatinte au sel de Dominique Crognier

*

L’oeil du monde palpite

Le vent ploie les oiseaux

Qui te regarde encore

dans l’ombre qui s’étend?

*

19 novembre, 2014 à 7:52 | Commentaires (0) | Permalien


L’Oeil du monde…

 

 

2014-11-01 13-58-03_0053

Le ciel a la candeur

paisible d’un regard

 

Des bruissements d’odeurs frisent

la toison de fougères

au ventre des talus

Le vent couleur de feuilles frissonne

et frôle de sa langue à la saveur de menthe

le clair filet d’eau vive

que reflète le ciel

 

Et dans tes yeux ouverts

enclos comme une image

je regarde le monde

à son premier matin.

(inédit – 1979)

 

8 novembre, 2014 à 9:14 | Commentaires (0) | Permalien