le blog de MARILYNE BERTONCINI

AMARCORD, je me souviens

video youtube (cliquer sur l’image)

Image de prévisualisation YouTube

 

Abandonnata sulla strada deserta
Gelsomina piangeva

 Ti ricordi?

 Lenti passavano un cavallo
e il vento grigio della vita
ed i nostri sogni dolci-
amari

 Questa sera siamo noi seduti
come lei
sulla pietra

 Guarda

 Le stelle ballano sopra il battistero
- o forse saranno insetti affascinati dalle luci

 Lo sai bene, che di notte vedo castelli
eretti lungo il torrente
dove di giorno stano soltanto vecchi
palazzi

 Di fronte alla scala del Teatro Reggio s’incarna
il viso vuoto e luminoso d’un passaggio
arquato

 Il vento si beffa d’un vecchio sacchetto di plastica
fantasmino che vola secondo la sua
fantasia 

Nessuno passa a quest’ora
Sotto il rosso scuro dei lampioni

tutto si diluisce nel colore sepia delle vecchie foto

Ascolta

Su Piazza della Pace il cantiere taciturno rimbomba come
un palco di Cinecittà alla fine del filmato

Delle bici vano lentamente
e una vespa ronza senza metà

 Ignavi vagano i Vitelloni
senza più cosistenza dei
personnagi bidimensionali dello schermo

 Ecco però
quello che manca alla scena -

 il ritornello di Gelsomina
quei maldestri suoni della tromba
richiamo dei
ricordi

 Eppure

sono qui ancora
sotto la pietra più vivi di tutti i piaceri

più strazianti di ogni dolore

 Sono il cuore della città addormentata
nella tisana della noia

 Aspetta

 che la nostra voce sciolga la maggia

 Ti ricordi?

11 juillet, 2017 à 9:37 | Commentaires (0) | Permalien


Icare

2015-03-19 13-54-22_0088


                   L’oeil du monde palpite

Le vent ploie les oiseaux

    Qui

        te regarde encore

                    dans l’ombre qui s’étend?

 

Celui qui fixe la lumière

arrache des écailles d’ombre

           au soleil

 

           Le monde écharpillé –

Comment le rapiécer?

.

.

.

*

25 janvier, 2017 à 20:43 | Commentaires (0) | Permalien


Noctis Imago sur Journal de Mes Paysages – 4 (extrait)

img_2966

Journal de mes paysages, novembre 2016 – revue créée par Pierre Saunier et Martin Wable, 

contact journaldemespaysages@gmail.com

IMG_2965

 

6 décembre, 2016 à 14:58 | Commentaires (0) | Permalien


INFERNET (micromythologie – 7)

INFERNET

 

Il suffit au poète d’un mot

se détachant sur le fond bleu où se confondent ciel et mer

pour que le réel se double de son étoffe de mythes.

 

Les lettres brûlées de rouille d’INFERNET

sont soudain investies du même pouvoir

que celles inscrites au fronton de l’Enfer de Dante :

 

le vent sur la tôle rongée se met alors à mugir

Lasciate ogni speranza, voi ch’entrate,

et les cris des mouettes pleurent de l’outre-monde.

18 septembre, 2016 à 6:51 | Commentaires (0) | Permalien


automne…

IMG_4280

Un petit soleil claque sur le court

et rebondit parmi les rires des enfants -

la treille frémit au vent rouge.

*

21 octobre, 2015 à 18:40 | Commentaires (0) | Permalien


Le Tilleul

 

IMG_1714

La lumière ondule

dans le tilleul

entre vert et blond le miel

dans le vent

la douce amertume

de l’ombre oublieuse

*

7 juin, 2015 à 21:20 | Commentaires (0) | Permalien


la peine…

écorce pelure

 

 

 

La peine enveloppe la peine

comme une écorce douce

 

La peau d’écorce comme des doigts

sur la harpe du vent

12 mai, 2015 à 9:04 | Commentaires (0) | Permalien


Cantilène en blanc mineur

531792_4654449280835_800329251_n

 

poème – vidéo à voir et écouter en suivant le lien :

https://www.youtube.com/watch?v=fsHl0OPV24c&feature=youtu.be

10 avril, 2015 à 10:36 | Commentaires (0) | Permalien


Haïku du vent et de la graine

Dans le vent du matin flotte

une graine de vie :

Sur le bout de la langue,

l’éclosion du mot.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

3 avril, 2015 à 10:06 | Commentaires (1) | Permalien


Pelures de pleurs

écorce pelure

.

.

.

Lames de rasoir à l’angle de mes yeux

il pleut

et l’écorce-pelure de chair d’eucalyptus

frissonne

13 mars, 2015 à 20:50 | Commentaires (0) | Permalien


Haïku des pétales du vent

DSCN8654

.
.

Le soyeux baillon du vent

pétale contre la bouche

qui taît les mots que tu mâches

11 mars, 2015 à 13:16 | Commentaires (0) | Permalien


printemps

IMG_0075

 

 

 

ma bouche dit ton nom

et l’air frêle le mêle

à l’haleine des fleurs

7 mars, 2015 à 11:02 | Commentaires (0) | Permalien


sur un tableau textile de Bérénice Mollet

 

sans titre - Bérénice Mollet

sans titre – Bérénice Mollet

O, de ce trou dans sa poitrine

toute douleur s’est échappée

brûlant la chair des souvenirs

.

La rose des quatre vents tournoie

sur le ciel de cendre grège

où s’élance le fil, ténu, de la pensée.

 

20 février, 2015 à 17:17 | Commentaires (0) | Permalien


SAISONS

SAISONS dans images VILLEFRANCHE-la-baie-225x300

 

 

 

Dans le ciel marécage

Un voilier girouette à la cime du toit

En contrebas l’émail gribleuté de la mer.

 

 

*

Fin de saison

les mimosas roussissent contre les jeunes pousses

Feuillage-dynamite

Eclair vert du printemps. 

 

*

 

Jour de vent :

J’écrase en marchant des baies de poivrier

Parfum rose et piquant de l’été.

 

 

 

*

 

Première pluie dans le ciel mâchuré

Flottante feuille morte

un avion.

 

 

*

La neige ploie les mimosas

têtes chenues par-dessus les grillages

leurs longs cous éplorés de girafe.

 

 

 

 

 

 

*

11 mars, 2012 à 21:51 | Commentaires (3) | Permalien